Mobilité durable

Mobilité durable

Articles - Image d'intro

Toujours actif dans le domaine des transports, le CRE de Laval préconise une diversification des modes de transport au profit des transports alternatifs à l’auto solo et une limitation du développement des réseaux routiers au profit d’une consolidation et d’un entretien du réseau routier existant.

Avec ses cinq grandes autoroutes, ses boulevards urbains et ses quartiers homogènes, Laval est le résultat d’un aménagement du territoire rapide, façonné pour l’utilisation de la voiture. En font foi plusieurs données relatives à la mobilité*, notamment les suivantes :

  • Le parc automobile lavallois a augmenté de 3,7 % entre 2013 et 2017 (véhicules de promenade – automobiles et camions légers) ;
  • En 2019, on retrouve 1,6 véhicule par ménage lavallois ;
  • 80,6% de tous les déplacements sur l’Île Jésus se font en voiture ;
  • 90% des aires de stationnements hors rue à Laval ne comportent aucune végétation, ou très peu.

 

La minéralisation croissante du territoire urbain observée à Laval inquiète depuis plusieurs années le CRE de Laval. Il s’agit du phénomène qui se produit lorsque des portions de territoire sont imperméabilisées par des chaussées ou des bâtiments. Les effets qu’il engendre peuvent aggraver les impacts des changements climatiques, notamment au niveau des îlots de chaleur urbains et de l’engorgement du réseau d’égouts par les eaux de ruissellement, qui ne peuvent plus percoler à travers le sol. Ces effets ont également des impacts négatifs importants sur la santé humaine ; ils représentent un danger pour les personnes vulnérables. 

 

L’aménagement et le développement du territoire, ainsi que l’utilisation de l’espace public et du transport, doivent alors être repensés de façon plus durable, sécuritaire et écoresponsable.

 

 

À ce titre, le CRE de Laval salue la volonté affichée par la STL dans sa Planification stratégique organisationnelle 2019-2028  afin d’améliorer l’offre de transports collectifs vers l’intérieur de l’Île Jésus plutôt que de prioriser les déplacements vers l’île de Montréal.

 

Nous saluons également l’implantation de plus de 76 km de pistes cyclables additionnelles depuis 2014 par la Ville de Laval, dont le but est de porter le réseau à un total de 450 km d’ici 2031. Le réseau était jusqu’à récemment surtout centré sur l’accès aux aménagements dits récréatifs, comme les parcs et espaces verts. Le CRE souhaite qu’il soit dorénavant déployé dans une optique plus utilitaire, afin que le vélo devienne une option évidente de transport, notamment pour se rendre jusqu’à son lieu de travail.

 

*Données issues de la SAAQ, de la Politique du stationnement à Laval et du Schéma d’aménagement et de développement révisé de la Ville de Laval, 2017 (SADR-1).

 


BicycletteMobilité durableTransportTransports 360Vélo
Retour à la liste des nouvelles