Les milieux naturels... en bref

Même si le développement urbain fait de plus en plus pression sur les derniers milieux naturels de la région tels que les milieux humides, les forêts, les cours d’eau, ainsi que les berges, Laval garde toujours le potentiel d’être une ville prospère et durable grâce à la richesse de sa biodiversité et la qualité de ses espaces naturels.

Forêts et bois urbains

 

Laval comprend 16 principaux boisés sur son territoire. Quelques-uns sont pris en charge par des organismes, mais plusieurs demeurent encore orphelins et méconnus de la population. Laval se situe dans le domaine bioclimatique de l’érablière à caryer, comme le reste de la grande région métropolitaine de Montréal. Cet écoterritoire est le plus riche et diversifié du Québec, tout en étant dans les plus largement modifiés par l’humain.

Milieux humides

Les milieux humides se définissent comme des écosystèmes caractérisés par la présence d’eau pendant une période suffisamment longue pour influencer la nature du sol et la composition de la végétation (Couillard et Grondin, 1992). Au Québec, les milieux reconnus comme « humides » sont les étangs, les marais, les marécages et les tourbières.

Ruisseaux et plans d'eau

Des ruisseaux parcourent près de 250 km de la surface de l’île Jésus. Depuis 2013, le CRE de Laval caractérise les principaux ruisseaux via le projet Ruisseaux urbains de Laval.

Agrile du frêne

L’agrile du frêne est un insecte nuisible introduit dans les dernières décennies en Amérique du Nord à partir de l’Asie. Il s’agit d’un coléoptère dont une partie du cycle de vie implique de parasiter les arbres, en particulier ceux du genre Fraxinus (les frênes).

Projets

Le CRE de Laval a réalisé plusieurs projets majeurs touchant les milieux naturels et humides; découvrez-les ici.

6 entrées